top of page

Retour sur le déplacement en Arabie Saoudite, #Riyad partie 1 🇸🇦


Visite de l'Ecole Francaise internatioale de Riyad, accompagnée par Mme Catherine Le Thomas, COCAC, l'équipe de direction et le président du comité de gestion.


Nous avons ensuite pu échanger avec les représentants des personnels avec lesquels nous avons évoqué les difficultés des enseignants en contrats locaux (autorisation d'exercer liées à leur conjoint, coût de la cotisation CFE au régime des retraites, meilleure prise en charge des coûts des enfants des personnels dont les conjoints n'ont pas d'indemnité). Les personnels détachés m'ont rappelé les difficultés financières qu'ils pouvaient rencontrer en raison de l'inflation, du coût des logements et de la nécessité pour eux d'avancer les frais médicaux souvent très importants. J'évoquerai ces difficultés avec le directeur de la CFE car beaucoup de personnels de l'enseignement sont particulièrement impactés et certains ne peuvent même pas cotiser à la retraite ou l’assurance maladie. Nous avons également évoqué le sujet du nouveau statut de détaché bloquant certains personnels qui souhaiteraient s'engager dans la formation et également l'injustice ressentie par certains qui ne peuvent payer les frais de scolarité de leurs enfants (titulaires en disponibilité par exemple) alors que d'autres reçoivent les montants des frais de scolarité en avantage familial sans même inscrire leurs enfants dans leur établissement. Ce sujet devait faire, depuis 4 ans, l'objet d'un groupe de travail entre la direction de l'AEFE et les syndicats, il est resté au point mort. Enfin les personnels ont salué les différentes avancées obtenues pour les contrats locaux ces dernières années.


Suite à ces échanges Mme Catherine Le Thomas et moi-même avons pris l'attache des différents chefs de services consulaires concernant les problématiques de cotisation à un système de santé local, des passeports de service ou encore les demandes de visas longue durée. Les responsables m'ont alors confirmé se tenir à l'entière disposition des personnels car pour eux des solutions peuvent être trouvées.


J'ai ensuite pu échanger avec des représentantes des parents d'élèves qui m'ont rappelé la nécessité absolue de maintenir un niveau de personnels détachés suffisant pour garantir aux familles le maintien de la qualité. D'autant que les frais de scolarité sont particulièrement élevés (12 000 euros/an en moyenne). Le niveau de qualification, de formation et de maîtrise de la langue française ont également été abordés.


Suite de la visite et fin de journée demain (...)

Derniers articles :
Archives des 6 derniers mois : 
bottom of page