• Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • Icône social Instagram
  • LinkedIn Social Icône
  • YouTube Social  Icon

©2017 - Samantha Cazebonne - Tous droits réservés

samantha.cazebonne@assemblee-nationale.fr

Paris - Espagne - Portugal - Andorre - Monaco

Please reload

Derniers articles

Question sur la CSG

July 10, 2017

Vous êtes nombreux à m'avoir envoyé des questions au sujet de la CSG. Les débats parlementaires n'ayant pas encore eu lieu au sujet de la CSG, il est encore un peu tôt pour répondre à chacun et avec certitude ce qui changera. Néanmoins, je peux vous rappeler les éléments programmatiques sur lesquels le candidat Macron puis les candidats de la REM aux élections législatives se sont engagés en la matière.

 

La hausse de 1,7 points de la CSG ne devrait pas concerner les retraités qui bénéficient actuellement d'une exonération de CSG ou d'un taux réduit (les « petites retraites »), ce qui représente environ 40% des retraités.
 
En revanche, les 60% de retraités restant, soumis au taux de 6,6 %, verront ce taux passer à 8,3 %.

Il faut bien avoir conscience que cette augmentation de la CSG est dictée par un impératif d'équité et de justice puisqu'il vise à financer un nouveau système de protection social universel dans lequel salariés, fonctionnaires, entrepreneurs, agriculteurs bénéficieront des mêmes droits, notamment en matière d'indemnités chômage et de formation professionnelle continue.

 

En outre, je rappelle que tous les Français qui bénéficient de la sécurité sociale française bénéficieront désormais d'une prise en charge à 100% de leurs frais d'optique, de prothèses dentaires et d'équipements d'audition.  

 

Il y avait deux manières de financer cette universalisation du système de protection sociale : ou bien en augmentant (de façon plus élevée que la CSG car l'assiette est beaucoup plus restreinte) les cotisations sociales qui pèsent sur le travail, donc sur la productivité et donc sur l'emploi de notre pays, ou bien en élargissant l'assiette du financement (via la CSG) ce qui permettra une augmentation plus modérée du taux. C'est ce second choix qui était au programme d'Emmanuel Macron et pour lequel ont voté les Français.

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload