FAQ : "enseignement français à l'étranger"

Vous trouverez ci-dessous les réponses aux questions posées lors des Facebook live "enseignement français à l'étranger" diffusé sur ma page. Ces questions/réponses seront complétées au fur et à mesure des différents rendez-vous en direct.



Suivi pédagogique 


Est-il possible que les professeurs puissent faire des cours en ligne ? Beaucoup refusent en utilisant la liberté pédagogique. Peut-on effectivement définir ce qu'est la liberté pédagogique et son périmètre ? 

Oui c’est possible, sauf s’ils n’ont pas de matériel informatique, ce qui est plutôt rare. La très grande majorité des équipes pédagogiques utilisent différents outils en ligne pour permettre le suivi de leurs élèves, mais d’autres non : dans le contexte, avancer l’argument de liberté pédagogique ne me semble pas acceptable. Il s’agit de trouver un délicat équilibre entre tous les besoins des élèves : les cours en vidéo répondent aux préférences de certains enfants quand d’autres au contraire apprennent mieux avec d’autres dispositifs. Cet équilibre, il revient à vos enseignants de le trouver en concertation avec les parents qui co-gèrent avec l’enseignant leur enfant. 


Pourquoi beaucoup de professeurs en EGD refusent de faire des cours vidéo sous couvert de la liberté pédagogique ?

Je suis limitée dans la réponse à cette question de par ma fonction, seuls les proviseurs des EGD concernés pourraient y répondre. 


Le Vademecum AEFE n'est pas respecté donc comment fait-on ?

Un Vademecum existe en effet pour être appliqué : il faut donc vous adresser dans un premier temps à l’enseignant, dont les choix sont peut-être justifiés, puis à la direction.


Quelles mesures pour une harmonisation de la continuité pédagogique entre les différents établissements ? 

Il est très compliqué d’harmoniser du fait de la liberté pédagogique des enseignants dans un même établissement, l’imaginer à une dimension inter-établissement me paraît assez illusoire même si peut-être il aurait un certain bénéfice à le faire.  


Comment faire pour avoir un enseignement à distance de qualité ? L’AEFE a-t-elle pris des mesures dans ce sens ?

Les enseignants ressources numériques, au sein de l’AEFE, de la MLF ou d’autres opérateurs font une veille des outils pertinents et des bonnes pratiques afin de  mutualiser celles-ci. Et l’AEFE a transmis un protocole aux directions, en s’appuyant sur le protocole de l’Education Nationale.


Pourquoi ne pas mutualiser les cours en vidéo par niveau si certains professeurs refusent de faire les cours en vidéo dans les EGD sous couvert de la liberté pédagogique? Un enseignant est libre de choisir sa méthode d'enseignement mais dans la mesure où il enseigne et certains n'enseignent plus.

Cette suggestion est effectivement très intéressante si le cours en vidéo est enregistré et ne nécessite pas d’interaction. Certains professeurs publient d’ailleurs leurs cours sur des blogs hébergés sur les sites des établissements.


Bonjour de Sofia! Est-ce qu'il serait possible d'exiger une uniformisation de la continuité pédagogique en situation de crise comme celle-ci; laissez le choix aux professeurs et au proviseur, entrave la réussite et creuse les inégalités. Après 6 semaines de fermeture, les classes virtuelles sont dues aux enfants et aux parents, surtout dans des pays (comme la Bulgarie) ou même les écoles publiques ont mis en place des classes virtuelles dès le 2eme jour du confinement. Comptez sur les parents (pour le primaire) à assurer la continuité pédagogique (pour les enfants qui ne sont pas autonomes) et leur demander en même temps a payer la totalité des taxes sont deux choses incompatibles…

Il y a un protocole de continuité pédagogique produit par l’AEFE : beaucoup d’enseignants essaient d’assurer la continuité pédagogique. Lorsque ce n’est pas le cas, il faut vous adresser à la direction afin que la situation trouve une solution. Par exemple, certains enseignants ont abandonné les classes virtuelles à heures fixes car elles étaient une contrainte supplémentaire pour des parents déjà submergés. Par ailleurs, j’ai bien conscience qu’il devient de plus en plus complexe de demander des frais de scolarité à la même hauteur qu’en situation normale, alors que les parents considèrent à juste titre investir beaucoup de leur temps à la continuité pédagogique tout en ayant des pertes importantes de revenus. Il s’agit d’un sujet que je fais remonter régulièrement pour qu’une solution collective soit trouvée.


Frais de scolarité

Pourquoi les établissements ne peuvent-ils pas instaurer une réduction des frais d’écolage pour les parents et à toutes les familles et ensuite demander l’aide financière à l’AEFE ?

Pour pouvoir aider manière juste un établissement, il faut établir un diagnostic précis de son financement, de son fonds de roulement, de sa trésorerie et à partir de ce diagnostic, comme de celui des autres établissements, chiffrer les besoins en aide publique et les intégrer dans les éléments du plan de sauvetage de l’enseignement français à l’étranger.  Ce n’est qu’à partir de ce diagnostic et du montant des aides qui sera fixé que nous pourrons faire redescendre vers l’établissement. Ce plan est actuellement en cours d’élaboration mais nul doute qu’il prendra en compte la situation de chaque établissement. 


Un gel des augmentations d’écolage pour 2020-2021 est-il possible ? 

C’est l’une des demandes de la FAPEE et des associations de parents dans ses courriers à l’AEFE. Il me semble important d’étudier cette hypothèse car nombre de parents risquent de ne pas suivre. A ce jour, je ne connais pas la réponse à cette question, je m’engage à la poser aux services concernés.


Les écoles sont fermées c’est un point, pourquoi donc payer pour un service que nous n’avons plus. Pourquoi payer un salaire pour les professeurs quand nous même nous n’en n’avons plus?

J’ai bien conscience qu’il devient de plus en plus complexe de demander des frais de scolarité à la même hauteur qu’en situation normale, alors que les parents considèrent à juste titre investir beaucoup de leur temps à la continuité pédagogique tout en ayant des pertes importantes de revenus. Il s’agit d’un sujet que je fais remonter régulièrement pour qu’une solution collective soit trouvée. 


Pourquoi ne pas aider - exceptionnellement - en fonction des ratios: subventions locales, aide d‘Etat, frais des familles (frais par enfant + efforts de gestion des CA)? En priorisant les familles touchées bien entendues

Je prône en effet un diagnostic précis établissement par établissement afin de pouvoir calculer l’aide nécessaire et la façon de la déployer le plus justement possible. C’est d’ailleurs l’objet d’une des diapositives présentées lors du live.


Y a-t-il à ce jour des établissements homologués qui ont accordé une réduction pour le T3?

Il faut distinguer 3 types d’établissements homologués. Pour les EGD, j’ai simplement eu connaissance dans un contexte très particulier d’une réduction à Moscou. Par ailleurs, à ma connaissance, quelques établissements conventionnés et partenaires, en fonction des géographies locales et selon le contexte, ont accordé une réduction.


Et pourquoi pas pendant cette période difficile, ne pas proposer aux parents les mêmes avantages que les enseignants 60% de remise ? 

La situation des enseignants est différente de celle d’un parent par nature tout simplement parce que la prise en compte des frais de scolarité pour un enseignant ou un personnel relève d’un avantage en nature de son salaire. En l'occurrence, il faut distinguer cela d’une remise généralisée à l’ensemble des parents. 


Comment limiter l’envoi des bénéfices des établissements homologués vers leur maison mère, qui après se retrouve juste d’un point de vue financier ?

Actuellement, je ne vois pas de solution pour le comment. Il faut peut-être réfléchir à une possibilité de l’envisager dans les prochaines semaines à travers les dispositifs de remontées des établissements : sujet à creuser.


Aides financières

Les fonds de solidarité peuvent être gérés par l'établissement. Est-ce que les frais des rubriques non utilisées peuvent y être versées ?

Oui, il s’agit d’un jeu d’écritures envisageable.


Les familles qui vont avoir besoin d’aide doivent contacter l’école Française, l’Ambassade ou autres ? 

En fonction de la nationalité des familles, soit si elles sont de nationalité française, elles s’adressent aux ambassades pour obtenir des bourses françaises soit, pour toutes les autres familles, c’est auprès de l’établissement que la demande doit se faire.


Pour les non français il y aurait une aide possible ?

Pour les établissements MLF, des aides sont mises en place. Pour les conventionnés, j’ai aussi des retours en ce sens. Pour les EGD, je n’ai pas cette information.  


Pour les frais d’examens conséquents payés par les familles (DNB, Bac ...) mais il n'y a plus d’examen y aura-t-il remboursement ?

Dans ses frais d’examens, il y a une part fixe et une part variable. En ce qui concerne la part variable, il me semblerait en effet judicieux que le remboursement soit à l’étude et redistribuer aux familles. 



Aide pour les enfants à besoin particulier :

Comment aider les enfants à besoin particulier avec l'école à distance ?

Tout dépend également de la mise en oeuvre des parcours d’accompagnement à l'inclusion des élèves dans chaque établissement. Selon le contexte de l’établissement, ces élèves seront plus ou moins aidés, même si des ressources ont été mises en ligne par le ministère de l’éducation pour accompagner enseignants et parents dans les adaptations nécessaires : https://eduscol.education.fr/cid150809/continuite-pedagogique-pour-les-eleves-a-besoins-educatifs-particuliers.html


Quid des enfants ayant eu plus de difficultés à suivre pendant le confinement ? EBEP, familles non francophones, familles non connectées ? Peut-on envisager du soutien à la rentrée ou même des "stages" de pré-rentrée ?

En France des dispositifs seront mis en place pour tous les profils d'élèves : il me semblerait opportun que l’EFE se saisisse de ces outils pour rattraper ce qui n’aura pu être fait durant le confinement. 


Quels moyens pourront être aussi mobilisés pour assurer le rattrapage pour les enfants qui se sont retrouvés en difficultés d'apprentissage du français ? 

Une adaptation des équipes pédagogiques à cette réalité sera nécessaire pour ne pas perdre les acquis des années précédentes dans cette langue.


Retour à l’école ?


Savez-vous si les calendriers scolaires locaux initialement prévu pour les lycées AEFE vont-ils être respectés ? En Norvège besoin des résultats du bac fin juin, pour être en temps pour les admissions en universités locales avant le 1er juillet. Comme le ministre de l'EN parle de cours jusqu'au 4 juillet, cela prête à confusion pour les parents. La date du 4 juillet est-elle celle du réseau AEFE pour la fin des cours ?

La date du 4 juillet annoncée par le ministre de l’Education nationale concerne les établissements français de la métropole. Les établissements français à l’étranger ont un calendrier validé par le SCAC de l’ambassade du pays de résidence. Les services de coopération et d’action culturelle de chaque ambassade ont bien conscience des impératifs de calendrier post bac et sont en contact permanent avec les différentes autorités pour s’assurer que la situation ne pénalise aucun élève. 


Va-t'il y avoir des classes de niveau à la rentrée ?

Chaque établissement devra s’organiser et appliquer les recommandations et conseils reçus pour permettre à ses élèves un retour dans les meilleures conditions. L’organisation interne des classes ne peut relever que de l’autonomie de chaque établissement et en fonction de chaque contexte géographique. 


La réouverture des lycées Français en septembre est-elle compromise ?

A l’heure actuelle, nous ne pouvons répondre à cette question. La rentrée de septembre dépendra vraisemblablement de l’évolution du virus et de la situation sanitaire sur chaque territoire. 


Comment se fera la reprise des cours à l'étranger sachant qu'elle est prévue au 11 mai prochain en France.

La date du 11 mai est une date officielle pour la France qui ne verra pa entrer tous les élèves dans l’enceinte scolaire. Beaucoup d’aménagements sont prévus. La reprise dans les établissements français à l’étranger dépendra des décisions des autorités locales et de la situation sanitaire. Les postes diplomatiques, les opérateurs publics ou privés,  les établissements sont donc contraints par les autorisations locales.


Si réouverture des écoles, pourra-t-on garder nos enfants à la maison sans être pénalisé d’absentéisme pour la prochaine bourse ?

Sachant que la présence à l’école ne sera pas obligatoire en France, il me semble que ce choix ne devrait pas impacter le droit aux bourses.


Dans son allocution le président Macron n’a pas cessé d’insister sur la date du 11 mai, cette date n’est pas un déconfinement mais un confinement partiel. Ils parlent notamment des personnes vulnérables qui devront maintenir le confinement, sachant que les écoles en France vont ouvrir leurs portes à cette date. Qu’en sera-t-il des écoles françaises à l’étranger ? Devrions-nous nous aligner aux décisions des autorités locales ? Si l’école reprenait, les personnes vulnérables devraient continuer avec l’enseignement à distance, comment nos établissements peuvent-ils se préparer à cela ?

La date du 11 mai est une date officielle pour la France qui ne verra pa entrer tous les élèves dans l’enceinte scolaire. Beaucoup d’aménagements sont prévus. La reprise dans les établissements français à l’étranger dépendra des décisions des autorités locales et de la situation sanitaire. Les postes diplomatiques, les opérateurs publics ou privés,  les établissements sont donc contraints par les autorisations locales.


Questions diverses :

Quel est le statut du lycée français d’Alicante : conventionné ou partenaire opéré par la MLF ?

Alicante un conventionné avec une particularité : mais la gestion financière ne se fait pas par un comité de parents mais par la MLF.


Quel est le % d’établissements EFE aujourd’hui fermés ? en %

Selon la DREIC (délégation aux relations européennes et internationales et à la coopération du Ministère de l’éducation nationale), 99% des établissements sont à ce jour fermés.


Je suis en Égypte et j'aimerais bien savoir si le gouvernement égyptien a refusé l’ouverture des écoles comment ça va se passer pour le Bac en Égypte ?

Bonjour, les épreuves terminales seront validées sur le fondement du livret. Un jury d’examen des livrets arrêtera les notes définitives à la lumière des notes obtenues pendant l’année de terminale. Il tiendra compte de l’ensemble des autres éléments du livret (progression de l’élève, efforts relevés par le conseil de classe, assiduité) pour attribuer les notes définitives. Toutes les réponses ici : https://www.education.gouv.fr/bac-brevet-2020-les-reponses-vos-questions-303348

Le contexte de votre particularité locale mérite que vous vous adressiez à l’ambassade pour tout complément d’information.


Pouvez-vous inviter la MLF au prochain Facebook live ?

La MLF a déjà été invitée, à ma demande à une réunion de travail sur l’enseignement français à l’étranger avec le ministre Jean-Baptiste Lemoyne. S’ils souhaitent participer à un facebook live, ils sont les bienvenus.



220 vues
  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • Icône social Instagram
  • LinkedIn Social Icône
  • YouTube Social  Icon

©2017 - Samantha Cazebonne - Tous droits réservés

samantha.cazebonne@assemblee-nationale.fr

Paris - Espagne - Portugal - Andorre - Monaco